© 2010 GB

EGO, pour les hommes qui s’aiment

« Depuis tout petit, je voulais avoir ma boutique », annonce Jérôme Dapzol-Roche, gérant de la boutique Ego, avec son grand sourire. Avant de réaliser son rêve de gosse, ce curieux a roulé sa bosse dans l’immobilier, puis de Célio à Lacoste jusqu’à bifurquer radicalement vers le contrôle qualité pour Dessange. Lassé de parcourir la moitié de la France pour le géant de la coiffure, il revient finalement en 2007 à ses premières amours : le vêtement et Clermont. Ego voit le jour. Un lieu convivial comme sait l’être ce grand garçon passionné de look et de belles matières. Une rue tout près de Jaude, une vitrine étroite mais qui inspirerait le plus blasé des dandys. L’envoûtement d’Ego est là : on a du mal à ne pas pousser la porte…

« L’homme a changé, poursuit Jérôme Dapzol-Roche. Il prend soin de lui, de son image. Il cherche la qualité, la sophistication et le confort en même temps. » C’est à lui qu’Ego s’adresse de toute évidence. « J’avais envie d’apporter à Clermont ce que j’aimais. Je choisis les marques en fonction des stylistes, de leur univers, et du fait qu’elles ne sont pas représentées dans d’autres boutiques pour hommes de la ville. » Il a donc ciblé Versace, mais sa première ligne Collection, « moins bling-bling ». Costume ajusté, polo, chemise, jeans, chaussures, ceinture, cravate et bientôt le portefeuille : l’homme de 35 à 60 ans peut s’y composer un total-look italien. Qu’il peut compléter avec les lignes underwear et beachwear John Galliano ou la ligne underwear Dolce & Gabbana. Chez Jean Paul Gaultier, il a dû s’adapter après l’arrêt de la ligne Jeans et se tourner vers la première ligne… avec les augmentations de tarifs à l’avenant. Mais costumes et chemises se vendent toujours : les accros au style Gaultier ne peuvent pas se désintoxiquer comme ça…
« J’aime beaucoup Junk De Luxe. C’est une petite marque qui monte, qui plaît beaucoup à la clientèle des 16-35 ans. Leurs chemises ont toujours un petit détail qui fait la différence : un mélange carreaux-rayures quelque part, par exemple. Leur gamme streetwear est très bien aussi avec des sweats à capuche, des petits pantalons, des pulls fins. » Et, last but not least, le prix est assez raisonnable, avec des chemises à partir de 60 euros et des pulls pour 90 euros.
Le gérant d’Ego ne peut qu’être fan du chic décalé à l’anglaise. La patte Vivienne Westwood est présente chez lui à travers de belles chemises, des vestes cintrées, des pantalons et tee-shirts, ainsi que le regretté Alexander McQueen, dont il a déjà choisi pleins de belles choses dans la future collection automne-hiver, peut-être la dernière de ce créateur disparu en pleine ascension… Pour le cuir, il fait confiance à Belstaff, une marque pour motards reprise par des Italiens qui jouent à fond la carte people : Johnny Deep avec un Belstaff, il n’y a pas mieux pour donner à tous les vrais mecs de 30 à 60 ans l’envie de s’identifier ! Mais comment arrive-t-il à faire entrer tous ces vêtements dans un espace si cosy ? Simple : un seul article à la taille, ce qui évite aux Clermontois de se retrouver chez des amis avec la même chemise !
On l’aura compris, toutes les générations se croisent chez Ego : « Ce qui est sympa, c’est d’habiller le père et le fils dans la même boutique », s’enthousiasme Jérôme Dapzol-Roche, qui reconnaît que ses clients passent régulièrement pour boire un café, jeter un œil et papoter entre deux rendez-vous.
Pour l’automne prochain, le jeune chef d’entreprise s’est déjà fixé un nouveau défi : ajouter deux autres marques, dont une créée par un couturier qui lance une nouvelle ligne. Mais chut, c’est top secret jusqu’à la rentrée !

EGO

EGO


9 Rue des Salles
63000 Clermont-Ferrand

Horaires d’ouverture :
lundi de 14h00 à 19h00,
du mardi au vendredi 10h00 – 13h00 et 14h00 – 19h00,
le samedi de 10h00 à 19h00.

Téléphone : 04 73 34 84 19

Dernières actualités de ce magasin :

Les commentaires sont indisponibles.